Les marins et les Kikuchi luttent alors que Kansas City entame sa première série de la saison sur route


Deux séries se sont terminées mardi soir à T-Mobile Park, mais seuls les Royals de Kansas City sont partis heureux.

Les Royals ont battu le starter des Mariners, Yusei Kikuchi, ont obtenu une paire de circuits et six points en carrière en provenance de Whit Merrifield et ont battu les Mariners 9-0 devant une foule annoncée de 12 697 personnes. Au cours de ce processus, Kansas City a remporté sa première série de victoires sur route de la saison.

Pour les marins, cela a mis fin à leur série de défaites et à une victoire en 13 matchs.

Les Royals ont mis fin à la distinction douteuse d’être la seule équipe des majeures à ne pas remporter la série sur la route. Miami et le Texas ont accompli cela le mois dernier et le reste des ligues majeures l’avaient fait en avril.

Maintenant, les Royals sur la route ont une chance pour un balayage.

Les débuts de Kikuchi ont été difficiles dès le départ. Kansas City a ouvert le match avec trois coups sûrs consécutifs qui ont donné lieu à deux courses.

Jorge Soler a poussé l’arrière des Royals à 3-0, avec un circuit à la maison en troisième, son troisième point produit du match, et Merrifield a inscrit un circuit de trois points au quatrième pour porter le score à 6-0.

Kikuchi espérait bien commencer la semaine dernière en autorisant un point en cinq manches au Minnesota. Au lieu de cela, il ressemblait au lanceur lors des trois départs précédents avant le match contre les Twins, où il n’a duré que 3 1/3 de manche dans chaque match, accordant 16 points mérités dans cette séquence de 10 manches.

Kikuchi a lancé cinq manches, permettant les six points sur neuf coups sûrs et deux buts sur balles. Sa saison ERA a grimpé à 5.15.

"Ils étaient sur lui et assez agressifs toute la nuit", a déclaré Scott Servais, l’entraîneur des Mariners. «J’espérais qu’il pourrait nous garder dans le match même s’il avait déjà abandonné quelques courses et nous donner une chance. Mais ce n’était pas le cas. Merrifield était sur lui ce soir et ce circuit de trois points a été un coup dur.

Les Mariners, quant à eux, ont semblé être bloqués tôt dans le match avec Homer Bailey, le partant des Royals, qui est entré dans la partie avec une Manche de 5.37. Mallex Smith et J.P. Crawford ont ouvert le match avec deux outs puissants, ce qui a conduit le joueur défensif droit des Royals Jorge Bonifacio au mur.

Bailey a permis aux deux autres frappeurs d’atteindre, mais a échappé à tout mal, tout comme il l’a fait à la deuxième manche après avoir placé les coureurs au premier et au troisième but avec un retrait. Il a eu un peu de chance lorsque Mac Williamson a frappé un tir que Merrifield a pris au premier but avant de prendre le risque de jouer le double.

Les Mariners ont eu deux autres coureurs dans le troisième but, mais les chances ont diminué par la suite. Repris les six manches de la quatrième manche, Bailey s’est bien arrangé, laissant peu de monde à la foule clairsemée.

Bailey a accordé cinq coups sûrs en 7 manches 2/3 sans but, avec six retraits sur des prises et deux buts. Il a lancé 121 emplacements. Son précédent record était 102.

"Ils ont ouvert le jeu, élargi le jeu et il s’est relaxé", a déclaré Servais à propos de Bailey. "Il est plus facile de lancer lorsque vous avez une telle avance."

Le seul suspense dans les dernières manches était la marge de victoire. Cela a augmenté lorsque Merrifield a frappé son deuxième match du match, une attaque à deux points à la huitième manche.

Les marins auront besoin de Kikuchi pour rebondir. Servais a déclaré que le gaucher, lors de sa première année dans les ligues majeures, a besoin d’apprendre à s’adapter lorsqu’il ne dispose pas de ses meilleures qualités.

«Il y a certaines nuits où vous n’avez pas votre meilleur contenu ni votre meilleure balle rapide, et ce sont les nuits où vous découvrez vraiment quel genre de lanceur vous êtes», a déclaré Servais. «Il en a eu quelques-uns… et vous devez encore trouver un moyen de garder votre équipe dans le match. Il a du mal à le faire, et c’est à nous – les entraîneurs de lanceurs et moi-même – de l’aider dans ces domaines. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *