La Liga a espionné des bars montrant des jeux illégalement en accédant aux smartphones d’utilisateurs d’applications


LUne Ligue a déclaré précédemment qu’elle perdait 400 millions d’euros par an en redevances de télévision et que la moitié des 120 000 établissements espagnols qui diffusaient La Liga n’achetaient pas de forfait hôtelier.

La Liga estime que les deux tiers de ceux-ci utilisent un signal pirate, parmi 60 000 bars et restaurants proposant des matchs de football bon marché, le reste n’utilisant que le signal d’un forfait de télévision domestique à une fraction du prix officiel.

Selon une enquête publiée par La Liga en décembre dernier, il est courant que plusieurs bars d’un quartier partagent le signal d’un décodeur pirate et effectuent des paiements en espèces sur un compte bancaire pour ce service illégal.

Dans une réaction officielle à la décision mardi, La Liga a déclaré qu’elle contesterait la décision devant les tribunaux.

La Liga a déclaré que plus de quatre millions d’utilisateurs de son application en Espagne "ont exprimé leur consentement de manière proactive deux fois" pour l’utilisation de leurs téléphones portables pour la détection de comportements frauduleux d’établissements non autorisés.

Mais dans une décision qui remet en question la manière dont les utilisateurs de services numériques autorisent l’utilisation de données personnelles, l’AEPD a contesté le système de consentement unique de l’application, suggérant à la place que La Liga aurait dû avertir les utilisateurs chaque fois que le activé la fonction d’espionnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *