Daily Inter Lake – Sports nationaux et mondiaux, Lillard Time entraîne à nouveau les Blazers dans les séries éliminatoires


24 avril 2019 à 14h43 |
  Par ANNE M. PETERSON

PORTLAND, Oregon. (AP) Si le 3-pointeur contre le Tonnerre de Damian Lillard a semblé vaguement familier, c’est parce qu’il l’a déjà fait.

Son buzzer-3 battant a envoyé Houston faire ses valises en 2014.

C’était peut-être à un autre endroit et contre une autre équipe, mais c’était la même Lillard – cool et confiante. En conséquence, les Trail Blazers entrent dans le deuxième tour des séries pour la première fois en trois saisons.

"C’est Dame", a déclaré son coéquipier Zach Collins. "En plus du tir, ce fut l’une des plus grandes performances que j’ai jamais vues. (…) Je pense que cela restera dans les livres d’histoire comme ça."

Lillard a terminé avec 50 points, dont 10 3 points – en tête de la légende 3 – lors de la victoire de Portland 118-115 sur Oklahoma City mardi soir qui a mis fin à la série en cinq matchs.

Portland se qualifie pour les demi-finales de la Conférence de l’Ouest et affrontera le vainqueur de la série entre les Nuggets et San Antonio. Denver a gagné 108-90 plus tôt mardi pour prendre une avance de 3-2 dans cette série.

Le fan occasionnel de la NBA a peut-être oublié les exploits précédents de Lillard en séries.

Portland avait été balayé au premier tour des séries éliminatoires les deux dernières saisons, l’an dernier par la Nouvelle-Orléans et l’année précédente par Golden State. Le dernier voyage des Blazers en demi-finale de la Conférence Ouest a eu lieu en 2016. Ils ont battu les Clippers lors de la première ronde avant de s’incliner face aux Warriors en cinq matchs.

Mais en 2014, Lillard a marqué trois points et les Blazers ont assommé les Rockets 99-98 pour prendre part à la série éliminatoire en six matchs et se qualifier pour les demi-finales de la conférence pour la première fois en 14 ans. Lillard a pris la parole au micro du public et a crié "Rip City!"

Le match étant à égalité dans les derniers instants de la soirée de mardi, Lillard a dribblé juste à l’intérieur de la demi-terrain près du logo des Blazers, puis s’est levé et a frappé le vainqueur à la sonnerie à partir de 37 pieds.

Puis il fit signe au revoir au banc du tonnerre.

"C’était un peu différent", a déclaré Lillard à propos des deux vainqueurs du jeu, qui provenaient de différents côtés du terrain. "Dans ce match (2014), nous avons été éliminés par deux, nous avons eu moins de temps. Cette fois, j’ai effectivement cassé la pièce. Peu de gens savent que je viens de casser la pièce. Tous les gars là-bas me disaient de courir jusqu’au ballon et c’est ce que j’ai fait. Ce soir, c’était un peu comme cela qu’elle avait été organisée. "

De tels coups décisifs peuvent consolider la réputation.

En 1989, Michael Jordan a frappé "The Shot" sur la sonnerie pour faire passer le joueur parvenu aux Chicago Bulls au-delà des Cleveland Cavaliers lors du dernier match de la série au premier tour. La Jordanie a frappé une autre cavalière en demi-finale contre les Cavaliers en demi-finale de la conférence de l’Est de 1993.

John Stockton a marqué 3 points sur la sonnerie qui a amené l’Utah Jazz à sa première apparition dans la finale de la NBA lors de la finale de la Conférence de l’Ouest de 1997 contre les Rockets.

La vague de Lillard était une déclaration, un peu comme sa proclamation "Rip City!" était cinq ans avant. La série avec le tonnerre était controversée, avec beaucoup de discours trash et Paul George a plongé dans le noir – le temps écoulé – cela ne comptait pas – avec la victoire d’Oklahoma City dans le match 3.

Lillard s’est assuré que Portland ne serait pas méprisé.

"Je pense qu’après la troisième partie, Dennis Schroder a montré du doigt son poignet, il était là-bas pour faire toutes ces célébrations et tout cela et nous avons gardé notre calme", ​​a déclaré Lillard. "Après une victoire, c’est ce qu’ils ont décidé de faire et nous nous sommes dit:" OK, ce que nous voulons faire, c’est gagner quatre parties. Lorsque nous remportons ces quatre parties, il ne sera plus question de rien. " C’est donc ce que c’était. "

George, qui gardait Lillard sur ce gros 3, semblait encore se moquer des Blazers après la défaite de mardi soir.

"Je me fiche de ce que quiconque dit, c’est un mauvais coup", a déclaré George. "Mais il l’a fait. On racontera à cette histoire que c’était un mauvais coup et qu’il faut vivre avec."

À la fin, les Tonnerre rentrent chez eux et les Blazers partent.

___

Plus AP NBA: https://apnews.com/tag/NBAbasketball et https://twitter.com/AP_Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *