Ce premier tour manque cruellement de séries éliminatoires – Brinkwire


ORLANDO, Floride – Si les partisans de l’Indiana avaient la chance d’aller de l’arrière après que les Pacers aient été la première équipe à se défaire des séries éliminatoires de la NBA en 2019, c’est la suivante: ils n’auront plus à regarder les matchs de première ronde.

Pour cela, ils devraient être reconnaissants.

Drama est très rare dans ces éliminatoires. Fermer les jeux? Peu et loin entre (plus sur cela plus tard). Évaluations? Ils ont perdu des pourcentages à deux chiffres par rapport à l’année dernière, un énorme succès suggérant que les fans occasionnels ne regardent pas si LeBron James (qui sort des séries éliminatoires pour la première fois depuis 2005) ne joue pas. Des billets? Il y avait des places sur le marché secondaire pour le match de lundi à Milwaukee-Detroit pour seulement 18 $.

Soit dit en passant, c’est 18 $ pour voir une équipe de Bucks qui était la meilleure équipe de la NBA en saison régulière. Les Bucks ont probablement le titre de MVP à Giannis Antetokounmpo. Les partisans des Pistons devaient savoir que ce serait le dernier match de leur équipe à domicile de la saison. Et ce fut le cas, avec Milwaukee gagnant dans une déroute pour terminer un balayage de quatre matchs.

Un prévisible, à cela.

La fracture entre les nantis et les démunis de la NBA ressemble à un canyon en ce moment. À moins que San Antonio ne prenne deux des trois prochaines contre Denver, ou que quelqu’un rebondisse de 3-1 ou 3-0, les huit équipes les mieux classées gagneront toutes au premier tour pour la première fois depuis 2008.

D’une part, cela signifie que les matchs de deuxième tour pourraient être vraiment bons. Boston-Milwaukee. Golden State-Houston. Philadelphie-Toronto. Aucun d’entre eux n’est encore défini, mais ils seraient tous fascinants s’ils se produisaient.

"Vous prenez le contrôle d’une série en remportant des matchs sur la route", a déclaré Stephen Curry, vedette du Golden State. "Nous avons pu faire cela."

La fin de semaine dernière, toutes les équipes les mieux classées ont pris le contrôle en s’imposant loin de chez elles. Les équipes sur la route sont allées 4-0 samedi. Les équipes sur la route sont encore 4-0 dimanche. Cela n’est jamais arrivé dans l’histoire de la NBA. Et comme les têtes de série inférieures ne profitent pas de l’avantage du terrain, ce premier tour pourrait se terminer très rapidement.

Boston a emporté l’Indiana. Milwaukee a balayé Detroit. Houston pourrait balayer l’Utah lundi soir. Philadelphie, Golden State, Toronto et Portland ont toutes une chance de gagner en cinq matchs. En entrant lundi, une seule série – Denver vs San Antonio – était assurée de disputer six matches. Il pourrait ne pas y avoir un seul jeu 7 au premier tour. La dernière fois que cela s’est passé était 2011.

Les fans voudront peut-être le drame qui vient avec des jeux serrés, des séries longues, des luttes aller-retour. Les joueurs, bien sûr, ne vous dérange pas. Il y a eu des moments, bien sûr. Portland-Oklahoma City nous a donné des flashs de Damian Lillard contre Russell Westbrook. Et Brooklyn-Philadelphie a eu quelques manigances sur le terrain, plus le directeur général des Nets, Sean Marks, s’est quelque peu introduit dans le vestiaire de l’arbitre pour se plaindre et un propriétaire des Nets a tweeté sur le chagrin de la ligue.

Les colères, oui. Grands jeux, pas tellement.

«Ne vous inquiétez pas pour cela et ne faites pas attention à quiconque d’autre pour le moment», a déclaré le gardien torontois Danny Green, dont l’équipe a une fiche de 3-1 sur Orlando. «Nous sommes concentrés sur nous et Orlando. Nous ne sautons pas les étapes ici. Nous ne pouvons pas penser à la prochaine série. Nous n’avons pas encore gagné cette série. Je ne peux même pas penser à la prochaine série. Orlando est notre objectif. Ils méritent toute notre attention. C’est une sacrément bonne équipe. Et nous ne sommes pas tournés vers l’avenir car nous ne les avons pas encore battus. Le travail n’est pas terminé.

Sur les 31 premiers matchs de ces séries, les équipes sur la route sont allées 17-14. C’est absurde.

Et seulement deux des 31 jeux ont été décidés par trois points ou moins. La marge moyenne de victoire jusqu’à présent dans ces séries: 14 points par match.

Il y a donc eu des jeux déséquilibrés et, pour la plupart, des affrontements déséquilibrés. Mercredi, le second tour pourrait être en grande partie réglé. Jeudi, le premier tour pourrait être terminé. Il y a une chance que ce soit le premier tour le plus rapide depuis que la NBA a fait l’objet du match d’ouverture tous les meilleurs parmi les sept en 2003.

Le premier tour le plus tôt possible est le samedi.

En espérant que l’intrigue s’intensifie à son tour.

___

Tim Reynolds est un écrivain national de basketball pour l’Associated Press. Écrivez-lui à treynolds@ap.org

___

Plus AP NBA: https://apnews.com/NBA et https://twitter.com/AP_Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *